jeudi 16 avril 2009

Un an après les municipales

Beaucoup de choses ont changé depuis un an.

Les écomméens ont découvert une réalité brutale, de même que les médias.
N'oublions pas que la commune a multiplié sa dette par deux en 2004, et l'a encore creusée ensuite, enivrée par les taux variables ! Songeons aussi que sous le mandat précédent, les dépenses de personnel ont fait un bond de 42% !
Une grande prudence sur les investissements s'est donc imposée à la nouvelle équipe élue, une rigueur dans le fonctionnement a dû être instaurée. Car ce sont les économies de fonctionnement qui alimentent la capacité d'investissement, surtout lorsque l'on ne doit plus emprunter.
Aujourd'hui, on peut annoncer de bonnes nouvelles. Le compte administratif de la commune pour l'année 2008 présente une réduction de 5% des dépenses de fonctionnement, et une augmentation des recettes. Le déficit commence a plus nettement se résorber.
Comme le dit le Trésor Public, "la commune est revenue dans la normale. Encore une année sans emprunt et la zone à risque se sera éloignée". Nous mettons tout en oeuvre pour que l'année 2009 marque des économies au moins aussi importantes! Car très vite il va falloir réinvestir.
Après une année d'analyse de la situation, il nous faut planifier dans le temps les investissements communaux, mais dans une conjoncture bien particulière.
La crise bancaire est encore profonde. La crise économique lui emboîte le pas.
Restons positifs, Ecommoy va moins ressentir les effets de la crise que d'autres localités ! Même si certaines entreprises souffrent chez nous, elles ne sont pas si fragiles qu'il y paraît, car notre savoir faire local est surtout artisanal, et les commandes reprendront une fois le pire passé. Par ailleurs, la compétence développement économique est en partie intercommunale et c'est une très bonne chose. La nouvelle entente à l'Orée de Bercé Belinois ouvre des perspectives jusqu'alors improbables de profiter par exemple de notre autoroute, de notre rayonnement de chalandise. Réfléchir entre élus à un aménagement du territoire concerté et à un partage des expériences donne des raisons d'être optimistes. Si nous savons saisir les opportunités du développement durable, nous en aurons très bientôt les premiers effets bénéfiques sur notre économie locale et sur notre tourisme, grâce en particulier à nos ZAC. En l'occurence, celle des Truberdières va bénéficier très bientôt des nouvelles tendances économiques et écologiques et ainsi se remplir à une vitesse inespérée. Ecommoy sera bientôt, espérons-le, un exemple de cité du 21ème siècle, avec ses zones d'activités contribuant au développement durable, avec sa résidence service pour sénior écolo à l'hippodrome, avec son éco quartier de centre ville accueillant les professions médicales.
Pendant une période plus ou moins longue, nous allons être confrontés à des besoins sociaux pour venir en aide aux personnes en difficulté. Notre effort financier devrait alors aussi porter sur le budget de notre Centre communal d'action sociale. Ses membres y travaillent.
Tout ces paramètres étant pris en compte, nous devons à présent estimer notre capacité d'investissement, au moins pour le mandat, bref établir un « plan pluriannuel d'investissements ».
Mais, la quasi totalité des projets que nous menons pour le moment sont des projets antérieurs à notre arrivée. Nous ne faisons que mettre en place les moyens de les financer, par des ventes, par des interventions foncières. Nous sommes ainsi bien obligés de réaliser des travaux de réfection qui avaient à être effectués. Ainsi, l'aménagement de la Christophlère s'impose depuis longtemps. L'ancienne municipalité avait mené les réflexions. Les demandes de subventions ont été initiées il y a trois ans déjà. Mais en raison de nos contraintes, ils ne pourront démarrer qu'au début 2010. Voilà un exemple de lourdeurs administratives bien déconnectées des besoins réels de réactivité à avoir en temps de crise exceptionnelle. C'est donc avec beaucoup de satisfaction que nous accueillons les dispositifs mis en place par le Gouvernement, qui vont permettre notre contribution au plan de relance national. Ainsi, nous allons bénéficier des remboursements de TVA à un an au lieu de deux, et toucher en 2009 pour 2007 et pour 2008 en même temps, presque 100000 euros supplémentaires utilisables dès à présent, une bouffée d'oxygène pour notre trésorerie. L'assouplissement des règles du code des marchés publics, les financements en faveur du logement social ou des particuliers, nous rassurent pour le lancement de l'aménagement du quartier du Pont-à-l'Ane dont nous ferons un « éco quartier social ». Enfin, ces dispositifs nous ont décidés aussi à lancer une onéreuse opération de rénovation du Foyer des personnes âgées. Et après ? Je suis sûr que nous aurons l'inspiration nécessaire pour continuer d'avancer dans la bonne direction, la route sera plus facile à tracer, car nous serons sortis grandis de la crise, et nous pourrons regarder seulement vers le futur.
video

Aucun commentaire: